Tout savoir sur les dents des enfants.

Avoir de belles dents, ça s’apprend… et le plus tôt sera le mieux ! Quand faut-il commencer à brosser les dents de Junior ? Quelles dents poussent / tombent à quel âge ? Toutes les réponses avec l’Union Française pour la santé bucco-dentaire !

Les dents des enfants : on en parle ?

ÉRUPTIONS… VOLCANIQUES

Les premières dents apparaissent quand bébé a environ 6 mois. Non sans mal parfois ! N’hésitez pas à masserdélicatement ses gencives avec une compresse humide ou votre doigt. A moins qu’il ne préfère mâchouiller un anneau froid (qu’on ne badigeonne surtout pas de sirop ou de miel pour le rendre plus attractif !)

TOUTES PREMIÈRES DENTS

Les premières dents à pointer sont les incisives, suivies de près par les canines. A l’âge de 1 an (+/-), votre enfant devrait pouvoir sourire de toutes ses dents de devant ! Viendront ensuite les premières molaires. A l’âge de trois ans, vous devriez pouvoir dénombrer 20 dents de lait dans la bouche de votre enfant. Profitez-en… ça ne durera pas : ces dents temporaires commencent à tomber à partir de 6 ans et ce, jusqu’à 12 ans environ.

21 ANS ET TOUTES SES DENTS !

Les incisives sont les premières dents définitives à pousser, vers 6 ans. Attention, il n’est pas rare qu’à cet âge-là, l’arrivée de la première molaire soit douloureuse ! Ensuite et au fil des ans, la dentition se complète sur l’avant (incisives, canines) puis l’arrière : d’abord les molaires puis les dents de sagesse, lesquelles viennent se loger tout au fond de la bouche entre 17 et 21 ans.

DES CARIES ? NON MERCI !

Les caries peuvent apparaître sur toutes les dents, même de lait ! Et des caries non traitées peuvent être à l’origine de douleurs vives, voire de destruction de la dent, même chez les enfants en bas âge ! Premier conseil : on évite / limite les jus de fruits, sodas, confiseries… Et on ne donne jamais à un enfant un biberon / une tétine sucré-e pour la nuit (au contact du sucre sur une longue durée, les dents vont se gâter), pas plus qu’une sucette qu’on aura prise dans sa propre bouche au préalable (et qui transmettra nos bactéries). Et on brosse les dents !

BROSSAGE DES DENTS, LE BA-BA

Le nettoyage des dents peut commencer dès la naissance : on nettoie les gencives de bébé après ses repas, à l’aide d’une compresse humide. Et dès les premières dents, on peut attaquer le brossage. On utilise une brosse adaptée que l’on passe doucement tous les soirs, sans dentifrice (l’eau suffit). On attaque par les faces extérieures, puis internes et enfin, masticatoires.

LA RÈGLE DE 2 !

A partir de 2 ans, on peut utiliser du dentifrice (pour enfants) pour le lavage des dents de Junior. La consigne ? On se place derrière lui pour lui brosser doucement les dents 2 fois par jour pendant 2 minutes. Apprenez à votre enfant à recracher et changez de brosse tous les 3 mois.

L’APPRENTISSAGE DE L’AUTONOMIE

A partir de 4 ans, votre enfant devrait pouvoir se brosser les dents seul, sous votre œil attentif et, si tout va bien, il devrait être « autonome » en la matière dès 6 ans. Et on ne lâche pas : il n’est pas rare de devoir répéter, expliquer et réexpliquer et… recommencer !

SON SOURIRE TIENT À UN FIL

Dès que votre enfant a deux dents qui se touchent, dégainez le fil dentaire ! Une fois par jour, enroulez-le autour de vos index, placez-vous derrière votre enfant et effectuez un mouvement de va et vient entre les dents de l’enfant, le fil en forme de C, que vous abaisserez ensuite doucement sous le point contact des dents. OK, le geste est délicat… question d’habitude ! Et à partir de 10/11 ans, votre enfant saura faire seul !

BONJOUR DENTISTE !

La peur du dentiste, c’est démodé ! Et si vous avez encore des appréhensions, faites en sorte que votre enfant, lui, n’en ait pas. Pour cela, rien de tel qu’une visite dès les premières dents, tout au plus, au moment du premier anniversaire de Junior et dans tous les cas avant d’éventuels problèmes ! Ensuite, le professionnel de santé vous invitera à revenir pour un bilan dentaire des crocs de votre rejeton tous les ans. Et qu’on se le dise : la maladie dentaire est (quasi) évitable !

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
Union Française pour la santé bucco-dentaire

Aliments fermentés

Choucroute, kéfir, kimchi, kombucha… les aliments fermentés opèrent leur grand retour sur la table. Et pour cause : cette nourriture vivante, riche en vitamines et en probiotiques renforcerait notre immunité. Explications, mode d’emploi et recettes avec François Tournay, pharmacien wellpharma à Villers-lès-Nancy.

Aliments fermentés : de la vie dans nos assiettes

ALIMENTS FERMENTÉS : C’EST QUOI ?

Il existe plusieurs catégories d’aliments fermentés. Parmi eux des légumes (choucroute, kimchi,…), des produits laitiers (« vrais » yaourts et lait ribot), des boissons (kefir, kombucha…). Tous ont en commun d’avoir été transformés par des micro-organismes, le plus souvent sans oxygène (en aérobie). On parle de lacto-fermentation pour désigner le procédé de macération des aliments dans du sel et sans air.

MICRO-ORGANISMES : ACTION !

Les micro-organismes responsables de la fermentation sont déjà présents à la surface des matières premières (et s’ils ne le sont pas, on les ajoute comme c’est le cas pour les yaourts ou le kéfir). Laissez macérer des légumes avec un peu de sel, sans air, et se déclenche alors une réaction microbienne : la fermentation. Dès le départ, les lactobacilles, prolifèrent et libèrent, entre autres, de l’acide lactique. Ce dernier va neutraliser les microbes responsables de la putréfaction puis les bactéries responsables de la fermentation. De fait, celle-ci s’arrête spontanément.

LA FERMENTATION, C’EST BON ?

On prête beaucoup de vertus aux aliments fermentés. D’abord, ils sont riches en vitamines (B et C notamment), en minéraux (la fermentation augmente la biodisponibilité de ceux qui sont naturellement présents dans les aliments) et font le plus grand bien à nos intestins en rééquilibrant la flore intestinale. Ils seraient aussi très puissants contre les bactéries nocives et renforceraient notre système immunitaire (en enrichissant notre microbiote). En outre, ils facilitent la digestion puisque la fermentation a lieu avant l’absorption des aliments (et pas dans vos intestins… on ne vous fait pas de dessin !)

C’EST POUR MOI SI…

S’ils sont bons pour la santé, pas question de ne manger que des aliments fermentés ! On les consomme dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée, par petites touches : quelques betteraves fermentées dans la salade, un verre de kéfir dans la journée, un (vrai) yaourt… Vous voulez tester ? Lancez-vous progressivement, surtout si vous avez tendance à gonfler, et ajustez ! La plupart de ces aliments se consomment froids, pour préserver leurs propriétés. Mais sachez que la vitamine C de la choucroute ne diminue pas à la chaleur !

Lacto-fermentation des légumes – principes de base

On choisit des végétaux bio, sains et sans tâche. On ajoute du sel (1% du poids total), éventuellement un peu d’eau (jamais jusqu’en haut du bocal pour laisser place à la fermentation) puis on laisse agir, bocal fermé. La fermentation se déclenche à la chaleur (avec le froid, les microbes s’endorment) et dure 5 à 7 jours, selon la température ambiante. Attendez environ un mois avant de consommer. Vous pouvez conserver vos bocaux à température ambiante ou au réfrigérateur (la fermentation se poursuit alors trèèèès lentement).

Recette :

Le kéfir pour les nul(le)s

Pour fabriquer du kéfir de fruit il vous faut : 2 grosses cuillères à soupe de grains de kéfir, une figue sèche bio, un ½ citron jaune bio (ou son jus), 3 cuillères à soupe de sucre et 1 litre d’eau minérale à placer, dans cet ordre, dans un bocal en verre. Couvrez le bocal, laissez à température ambiante pendant 24 heures, filtrez et placez au frais avant de déguster !

Grains de kéfir de fruit : ces petites billes translucides sont en fait des micro-organismes, riches en Lactobacillus caucasicus et Streptococcus lactis. Vous pouvez en trouver dans votre entourage, mais aussi sur Facebook où il existe un groupe de partage de ferments lactiques !

Notre santé passe par la diversité des bactéries dans nos intestins. Si votre alimentation n’est pas tout à fait assez variée, vous pouvez avoir recours au complément alimentaire wellpharma Viridea Ferments Lactiques, contenant notamment des fructo-oligosaccharides (Fos), lesquels nourrissent nos bactéries intestinales à raison de 2 gélules de Viridea, tous les matins au lever, pendant un mois… soit le temps, pour vous, de préparer vos propres produits fermentés !

 

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
François Tournay

Sacs plastiques et protection de l’environnement

Parce que nous sommes très attentifs à la protection de notre environnement, nous vous encourageons à venir à la pharmacie avec votre sac réutilisable.

Si vous avez besoin d’un contenant pour transporter vos achats, vous trouverez dans notre pharmacie, des sacs réutilisables Wellpharma au prix de 2€.

Les  grands sacs plastiques et papier (réutilisables)  seront payants à compter du 1er septembre( 10cts d’€). Cette somme sera entièrement reversée au WWF pour la protection de l’environnement.

 

Nous espérons que vous nous soutiendrez dans cette démarche éco responsable !